octobre 09 2017 0Comment
formation dans les travaux publics

La formation dans les travaux publics

La formation : un enjeu important

Quel que soit le corps de métier envisagé, la formation est la base et la première condition pour rendre cette ambition durable. Le domaine des travaux publics ne fait pas exception à ce principe. Bien au contraire, il présente encore plus d’exigences, au regard des différentes subdivisions qu’il comporte, mais aussi et surtout parce qu’il s’agit d’une filière sensible. Ainsi, la formation permettra de maîtriser les fondamentaux et les rouages de chaque discipline du domaine des travaux publics, afin d’être suffisamment outillé pour l’affronter.

Une formation orientée selon les objectifs de chacun

Elle sera fonction de la motivation personnelle de chaque individu, de ses ambitions professionnelles. Vous choisirez donc votre formation selon que vous aspiriez à une promotion professionnelle régulière, pour atteindre le niveau le plus élevé possible. On distingue à cet effet la formation pour les travaux de chantier, qui constitue le plus bas niveau de l’échelle, et les formations liées à l’encadrement et à la direction, qui représentent respectivement le second et le premier niveau de l’échelle.

La formation pour les travaux de chantier

Elle se décline en deux subdivisions. La première débouche sur le titre d’ouvrier, alors que la seconde permet d’être chef d’équipe. A la fin de la classe de troisième, l’apprenant peut continuer son cursus jusqu’au niveau CAP, soit 2 ans après, et devenir directement ouvrier. Pour prétendre au poste de chef d’équipe, l’apprenant a le choix entre un BAC professionnel obtenu 3 ans après la fin de la classe de troisième, et un BAC professionnel obtenu en 2 ans en intégrant directement la classe de 1ère après le CAP.

Chef de chantier et conducteur de travaux

La formation dans les travaux publics pour ces deux postes est logiquement plus exigeante que pour les postes précédents. Donne droit au poste de conducteur de travaux, un parcours successif de 2nde générale et technologique, un BAC S ou STIDD en 2ans, et un DUT/BTS en 2 ans. En outre, le conducteur de travaux peut cumuler, avec ce titre, celui d’ingénieur après 3 années de pratique en tant que conducteur de travaux.

L’aspirant au poste de chef de chantier devra, après un BAC professionnel de 3 ans suite à la classe de troisième, passer un DUT/BTS en 2 ans. Cela suppose qu’un chef d’équipe peut prétendre à ce poste, pour peu qu’il passe avec succès son DUT/BTS.

Le dernier niveau de la hiérarchie

Il correspond à un poste de direction au sein duquel s’observent trois déclinaisons à savoir :

  • ingénieur des travaux ;
  • ingénieur R&D ;
  • chef d’agence.

Chacun de ces niveaux de poste de direction peut être atteint après l’obtention du titre d’ingénieur. Suite à trois années de pratique, vous pouvez être honoré du titre d’ingénieur de travaux, après celui de conducteur de travaux. Quant au poste d’ingénieur R&D, deux années de classe préparatoire sont exigées entre le BAC S ou STIDD et l’obtention du titre d’ingénieur. Ces deux années de classe préparatoire représentent la différence fondamentale entre le parcours d’un ingénieur de travaux et celui d’un ingénieur R&D. Avec ce dernier titre d’ingénieur R&D, vous pouvez désormais aspirer aux fonctions de chef d’agence, sans aucune autre formation dans les travaux publics, et selon des modalités spécifiques. De fait, ce sont des fonctions nominatives la plupart du temps, et auxquelles l’accès est tributaire de certains paramètres et de diverses exigences, notamment les preuves faites aux postes précédents, et les valeurs que vous prônez.